top of page

Les nouvelles CCT's







LE PLUS VIEUX TOUR DE MAGIE EST CELUI DE LA DISTRACTION ET DE L'ILLUSION


La distraction


Après le "show de bonnes nouvelles" de vendredi dernier dans la presse, où il n'était question que de faciliter le travail à domicile à 50% et la flexibilité, la réalité est en fait "restructuration" et "économies". Et ce, pour les 3 prochaines années !


ING évite délibérément le terme "restructuration" et préfère parler d'"évolutions".

Une garantie d'emploi n'est fournie que jusqu'à la fin de 2021. Il n'y a pas de garanties pour la période 2022-2023 ! Un plan d'entreprise pour les 3 prochaines années n'a pas été présenté !

Alors que le personnel des différents services et du réseau d'agences croule sous la pression du travail et demande des renforts, la direction ouvre la porte à une nouvelle réduction de la main-d'œuvre effective. Les chiffres ne sont pas mentionnés et les activités à disparaître ne le sont pas non plus...

Avec cette CCT, un chèque en blanc est remis à ING pour procéder à de nouvelles réductions dès cette année, et ce, avant même l'expiration du plan précédent qui donnait des garanties jusqu'à la fin de 2021 !

Plus tard, lorsque les annonces seront faites au sein du conseil d'entreprise, les signataires sauteront sur la table et crieront que c'est une honte avec des slogans tels que - "ING shame on you"! Puis ils se précipiteront avec un tract pour vous rassurer et dire que tout ira bien.


Il est maintenant possible que demain vous deviez accepter un emploi d’un niveau égal, dont les heures et la mobilité géographique ne tiendront pas compte de votre situation privée et ce sans vous demander votre avis puisque tout ceci est, dès à présent, considéré d’une importance secondaire.

Si la procédure incertaine de mismatch ne se passe pas bien, un certificat médical sera votre seule porte de sortie.

Comment un syndicat peut-il rester crédible en signant ce type d’accord aveuglement ?


L'illusion


Et ce qui est maintenant sur la table est-ce vraiment une amélioration par rapport à ce qui existait auparavant ?

Parallèlement à la restructuration, ING revoit à la baisse les indemnités du télétravail et le trajet domicile - lieu de travail, allant même à l'encontre des accords sectoriels. Les participations aux bénéfices et leurs composantes ont également été revues à la baisse, notamment pour les nouvelles recrues à partir du 1er avril 2021. De nouveaux critères ont été introduits pour les objectifs à atteindre. Ces objectifs ne sont pas toujours aussi SMART et sont de nature quantitative plutôt que qualitative.

Nous sommes confrontés à un système de vases communicants dans lequel les choix entre télétravail, du trajet à domicile-lieu de travail et les objectifs de la CCT 90 interagissent et même s'annulent.

Et l'addition vous sera présentée. A vous. L'approche progressive de la mise en œuvre devrait faire en sorte que vous ne le remarquiez pas immédiatement. Cependant, vous le ressentirez dans votre pouvoir d'achat avec même des contrecoups jusqu'en 2023 dans votre situation fiscale !

Il s'agit principalement de l'inégalité dans l'octroi d'avantages tels que par exemple l'indemnité pour le travail à domicile et/ou l'équipement de bureau, les montants de la CCT 90, mais aussi l'octroi ou non de jours de congé pour efforts importants et la possibilité ou l'autorisation de faire du télétravail. Nous aurions préféré voir les modalités du télétravail élaborées plus en détail et espéré davantage de garanties. Un engagement dans ce domaine ne va pas assez loin et il existe encore trop de dépendances. Les frustrations et les incertitudes pour le personnel en sont la conséquence.


Tour de magie


Nos camarades verts vous ont rapidement informé que nous étions prêts à signer le protocole de dialogue social et que nous ne voulions pas souscrire aux conventions collectives de travail. Il n’en est rien ... Pour nous, les accords forment un tout. Si le protocole de dialogue social avait notre aval, il n’aurait pu être signé sans un accord sur toutes les conventions. Et que les choses soient claires : nous n'avons rien signé !

Quant au protocole de consultation sociale, c'était une demande explicite des Verts de lier ce protocole aux négociations, ils ont même menacé de faire exploser les négociations - et donc vos intérêts ! - si le front commun syndical n'était pas d'accord avec cela. Nous n'étions prêts à faire une concession que s'il y avait des garanties suffisantes pour le personnel. Ces garanties n'ont pas été fournies, le prix était trop élevé pour nous. Vos intérêts ne doivent jamais, jamais, être subordonnés à ceux du syndicat. Par conséquent, nous sommes également cohérents sur ce point.

Nous ne risquerons jamais notre intégrité et notre crédibilité ! Ceux qui ont signé voient sans doute les choses différemment, s’empressant de sauvegarder leurs pourcentages de libération, et donc leur propre sécurité d'emploi jusqu'en 2028 !

Vous, en revanche, devrez vous préparer pour une nouvelle sortie "Rafting" avec un canot qui fuit, sans rames et sans gilets de sauvetage en nombre suffisant. Allusion aux déclarations dans lesquelles notre précédent CEO expliquait que travailler en banque "cela va rester du rafting" : cela va vite, l'eau est froide, les chocs sont nombreux et on risque à tout moment de voler par-dessus bord.

Notez qu’ils n'ont pas non plus convenu d'une convention collective limitée à un an. Cela engendrerait trop de problèmes au moment de revenir autour de la table des négociations à la fin de cette année, quand leurs mesures seront devenues claires pour tout le monde.

Ils sont parvenus à leurs fins, votre vote en 2024 vous permettra de faire savoir ce que vous pensez des résultats obtenus ...


Nous continuerons à agir par nos propres moyens avec votre soutien, celui des salariés, dont nous défendons réellement les intérêts chaque jour.




Vous avez probablement encore des questions et nous aimerions également connaître votre avis… :

Vous pouvez envoyer vos commentaires à: BE-CGSLB-ACLVB


N’hésitez pas à transférer ce message à volonté à vos collègues.

Vous souhaitez rester informé? Abonnez-vous à notre newsletter!

















bottom of page