top of page

Pourquoi la CGSLB a refusé d'apposer sa signature et ce qu’il en découle



Tout d'abord, il s'agit de quatre conventions collectives au total. La direction a exigé la validation de toutes les conventions collectives ou bien aucune. “Un pour tous, tous pour un », comme au temps des mousquetaires.





Dès qu'un syndicat acceptait d’approuver, ING pouvait passer à la vitesse supérieure. Tous les accords conclus pour suivre un agenda défini ont soudain été jetés aux oubliettes.

Le conseil d'entreprise a été avancé et, quelle coïncidence, placé le jour même où la CGSLB tenait ses délibérations (26/09) sur les 4 conventions collectives de travail afin de les valider. Et ce, sans l'accord préalable et unanime de tous les membres du comité d'entreprise. Une obligation légale pourtant ! SETCa/BBTK doit encore se prononcer vendredi (mais ils n'ont déjà pas le droit de signer).

La direction était même tellement pressée qu'une date de signature a été avancée avant même le week-end ! Juste pour s'assurer qu'une partie validerait de toute façon.

ING a donc clairement choisi de continuer à travailler avec un seul partenaire syndical. C'est bien noté.


Conséquences de cette décision d'ING :


Un des éléments était la résolution d'un litige de Medexel actuellement en cours devant la commission de conciliation du SPF pour une convention collective antérieure qui n'a pas été respectée par ING et pour laquelle ING devait trouver une solution.

En raison de la décision d'ING de poursuivre avec un seul partenaire, l'indexation des cotisations de Medexel (partie ING) prévue dans la nouvelle convention collective ne peut se faire. Le dossier doit être remis sur la table du comité de conciliation.


Les chèques-repas au 1er janvier 2024 ? Vous voulez parier qu’ils ne seront plus là non plus?

Mais qu’à cela ne tienne ! Vous obtiendrez un remboursement partiel de ce qui vous a été retiré en 2021 via un autre avantage fiscal, à savoir celui du télétravail (=Plan B).

Il ne s'agit que d'un remboursement partiel de ce qui vous a été retiré en 2021 (réduction de moitié de la prime de télétravail).

Bien négocié ? Nous pensons que non.


Attention aux 2 arrêts mentionnés ! Ils n'ont pas encore été approuvés (= risque).


Quant à l’indemnité de représentation : celle-ci pourrait être revue à la baisse lors de l'introduction d'une demande auprès de l'administration fiscale si le plan B prévu dans cette nouvelle convention collective devait être activé (voir ci-dessus) pour remplacer les chèques-repas, qui n'existeront pas !

Ce n'est pas de la fiction, cela s'est déjà produit dans d'autres entreprises !


Par ailleurs, nous avons indiqué qu'il est difficile de négocier si l'on ne sait pas de quoi l'on parle. Les questions concernant les chiffres sur les licenciements prévus ou les départements concernés sont toujours restées sans réponse. Nous n'avons pas reçu d'informations financières sur les économies qu'ING souhaite réaliser. ING voulait que nous signions un chèque en blanc et l'a maintenant entre les mains ! La banque de la "responsabilité sociale" est déjà en train de délocaliser une partie de ses opérations de back-office aux Philippines. Un pays peu soucieux des droits de l'homme, et encore moins des droits sociaux.


Depuis 13 ans, les membres du personnel d'ING doivent sans cesse postuler pour leur propre emploi. Pour beaucoup, plusieurs fois déjà. Le taux d'absentéisme est donc historiquement élevé. En partie à cause de la charge de travail croissante et des objectifs inhumains qui deviennent de plus en plus difficiles à atteindre.

Le burn-out est la nouvelle norme chez ING. Les départements où le "problème de santé" n'est pas résolu sont transférés dans des HUB. D'une pierre deux coups.


L'encre de la convention collective de travail fraîchement signée n'est pas encore sèche qu'ING a déjà annoncé, lors du Conseil d'Entreprise du 26/09, que des centaines de personnes dans 8 départements auront la possibilité de demander un départ volontaire sans pour autant qu'il y ait une réorganisation. Ceci n'est pas conforme aux accords conclus lors des négociations et n'est pas non plus conforme à la nouvelle convention collective de travail.

Le département doit faire l'objet d'une restructuration avec annonce au conseil d'entreprise et avec une réduction des ETP.

Dans 6 de ces départements, ces deux conditions n'ont pas été entièrement remplies et donc, dès le premier jour, la convention collective de travail est librement interprétée par ING.

Cette proposition a fait l'effet d'une bombe dans les différents services concernés. Nous avons averti l'employeur de l'impact psychologique sur les personnes et de toutes ses conséquences.

Cependant, les personnes qui postulent n'ont aucune certitude que leur "candidature" recevra une réponse. Par conséquent, elles risquent d'être inscrites sur la liste noire !


Cela nous amène à la question suivante : la procédure de la deuxième chance a été revue à la baisse jusqu'à deux fois cette année en l'espace de trois mois. Il doit s'agir d'un nouveau record belge ! De 9 à 6 mois d’abord et maintenant de 6 à 3 mois.

689 personnes se sont vues attribuer un "besoin d'amélioration" et sont éligibles à un "parcours de remédiation", que l'on peut sans risque qualifier de parcours de sortie.

Petit détail : les personnes dans cette trajectoire ne peuvent pas prétendre aux modalités de la nouvelle convention collective même si le service subit une réorganisation.


Tout le monde devrait donc se préparer à la danse des chaises musicales sur la musique de la marche funèbre de Chopin.


Plus :

  • Malgré les nombreux articles de presse sur les départs anticipés, tout le monde ne pourra pas en profiter. Vous devez faire partie d'une réorganisation (Oups évolution).

  • La subvention supplémentaire de 1 euro ne s'applique qu'au plat du jour, au plat végétarien et à la soupe du jour dans les restaurants d'entreprise de Bruxelles, Gand et Louvain-La-Neuve. La proposition ne garantit pas que les prix n'augmenteront pas en raison de l'inflation persistante.

  • La prime de jubilé ne sera pas sous forme financière et doit encore être discutée (c'est donc un non-événement !).

  • L'indemnité vélo (0,27 cents) a déjà été accordée et une nouvelle augmentation n'est donc pas imminente (il s'agit donc d'un non-événement).

  • L'augmentation de l'indemnité de télétravail est un remboursement partiel de ce qui a été supprimé en 2021. De plus, lors de la dernière augmentation négociée de 100€ de montant forfaitaire à 110€ (+10€), l'augmentation déjà négociée de l'indemnité de représentation (par exemple de 124 à 150) n'a pas été accordée.

  • Suppression de la prime de résultat exceptionnel de 1 500 €. (convention collective mars 2021). Il est désormais clair qu'elle n'a jamais été destinée à être versée aux membres du personnel. L'air contenu dans la boîte vide de la convention collective de 2021 a été aspiré aujourd'hui.

  • L'amélioration prédéterminée du pouvoir d'achat n'est, d'après notre expérience, qu'un retour partiel des abandons précédents).

  • L'inadéquation médicale (« missmatch médical ») a été supprimée. Les dispositions de la CCT de mars 2021 seront supprimées 3 mois plus tôt !

  • Les forfaits accordés dans la CCT (ancienneté > 10 ans) ne sont pas applicables à tous.


Attention aux avantages du Flex Plan. Ceux-ci seront toujours déduits de votre indemnité de départ. Certains se retrouveront donc sans rien au moment de quitter la banque. Pensez à la station de recharge (8 ans d'amortissement), au mobilier (6 ans d'amortissement), au téléphone portable/à l'informatique, au vélo Flex (speedelecs), aux dommages éventuels lors de la restitution de la voiture Flex, ...

Attention au choix d'une retraite anticipée en cas de carrière longue : cela peut avoir un impact financier sur votre pension et votre retraite complémentaire.




Communication FC CE du 260923
.pdf
Télécharger PDF • 124KB


Vous avez encore des questions ? Contactez votre représentant de la CGSLB ou envoyez votre courrier à l'adresse suivante : BE-CGSLB-ACLVB

Comments


bottom of page